Albert Camus, le journalisme et les «servitudes».

«Dans l’histoire du Journalisme dans le monde entier les capitaux ne vont jamais sans servitudes»

Première partie:

extrait de la conférence de presse donnée par Albert CAMUS à l’ambassade de France à Stockholm le 9 décembre 1957.

Deuxième partie :

Qu’en est-il de la Presse Quotidienne Nationale en France en 2015 ?

L’archive sonore qui illustre l’asservissement par les capitaux de la presse française est un extrait du « Discours de Suède » d’Albert Camus du 10 décembre 1957, à l’Hôtel de Ville de Stockholm, à la fin du banquet qui clôture les cérémonies de l’attribution des prix Nobel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s