KATANGA la guerre du Cuivre…et autres minerais !

le

La province du Katanga à laquelle ce film doit son nom, est le théâtre d’un conflit mondial larvé : la lutte pour les matières premières.

De gigantesques gisements de cuivre, de cobalt et d’uranium se trouvent dans cette région et ils attirent des investisseurs du monde entier.

Des magnats congolais de l’industrie et, toujours plus, des nations industrielles en plein essor comme la Chine ou l’Inde, veulent s’emparer des immenses réserves de cuivre, sachant que c’est une affaire très lucrative.

L’« Union minière du Haut Katanga » créée en 1906 a fait du Congo un fournisseur de matières premières important jusqu’à ce que la «Gécamines» (Générale des carrières et des mines) soit totalement ruinée en 1966 sous la dictature de Mobutu.

L’Etat en faillite s’est retrouvé avec des quantités de chômeurs et ces personnes ont essayé par la suite de prospecter le sol à leurs frais pour trouver du cuivre. Les occupations illégales des terres étaient tolérées par l’Etat mais les gens risquaient leur vie dans les galeries improvisées.

Beaucoup sont morts accidentellement. Après la chute de Mobutu, la Banque mondiale, les magnats congolais de l’industrie et les investisseurs venus de Chine et d’Inde ont flairé une nouvelle chance de pouvoir exploiter les gisements de minerai de manière très rentable.

De nouvelles mines et de nouvelles fabriques ont été aménagées, les anciennes installations ont été rénovées et améliorées.

Moïse Katumbi, le gouverneur de la province élu démocratiquement en 2006 a joué à cet égard un rôle essentiel.

Décidé à ne plus tolérer cette situation intenable et les injustices sociales, il a commencé de s’intéresser aux conditions de travail difficiles des mineurs sur place et à surveiller plus sévèrement les entreprises étrangères.

Ses efforts de médiation ont toutefois été sans cesse torpillés par les combines, le contournement des taxes sur l’exportation et les grèves.

Les responsables se promettaient un avenir très sûr en acceptant l’offre du groupe chinois Sicomine qui entendait investir des milliards dans de nouvelles mines et dans l’infrastructure de la province.

Mais la crise financière leur a mis des bâtons dans les roues: de nombreuses entreprises ont dû fermer et une fois de plus, les mineurs se sont retrouvés sans travail.

source Films pour un seul monde

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s