Aimé CÉSAIRE, une voix pour l’histoire

1 ere partie, l’île veilleuse

Figure-clé de la vie intellectuelle martiniquaise, Aimé Césaire nous fait découvrir son île, des flancs de la montagne Pelée, au nord, aux rivages caraïbes du sud.

Au cours de cette promenade, sur les pas d’André Breton et de Wilfredo Lam, il dévoile les lieux liés à son action politique et littéraire et nous décrit une société antillaise, profondément marquée par la logique coloniale.

2e partie, au rendez-vous de la conquête

Dans le Paris des années 30 où il fait ses études, Aimé Césaire rencontre Léopold Senghor, qui lui révèle le panafricanisme et l’identité nègre, et découvre les Expositions coloniales, le jazz, l’engouement d’une certaine société pour «l’art nègre».

Parlementaire, Aimé Césaire se fera remarquer par la violence de ses diatribes, prenant pour cible essentielle le colonialisme et ses travers.

3e partie, la force de regarder demain

Comment trouver «la force de regarder demain» après les désillusions de la décolonisation, les dérives identitaires de la «négritude» et les échecs du tiers-mondisme? Autant de questions…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s